Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/voilemer/public_html/templates/sociality/index.php on line 32
Mâtage et réglage du mât - Voile Mercator - École de voile croisière - Cours de voile

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/voilemer/public_html/modules/mod_pagetitle/mod_pagetitle.php on line 15

Voile Mercator offre la formation qui vous convient !

Mâtage et réglage du mât

Comment effectuer le mâtage et le réglage au quai et en mer.

Lire la suite >>

Réalisé par Normand Corbeil

Mâtage

Le mâtage et démâtage se fait habituellement à l'aide d'une potence. Celle-ci est munie d'une grue à manivelle. Cette grue est un gage de sécurité et devrait toujours être à poste tant aussi longtemps que le gréement dormant n'est pas solidement tourné.

Fait vécu

Le mât d'un Hunter, avec ses barres de flèches poussantes, a tombé une fois l'enrouleur libéré. Heureusement l'histoire n'a causé que des dommages matériels. Une potence judicieusement frappée aurait évité ce démâtage sournois.

Il s'agit de suspendre le mât reposant à l'horizontal à l'aide d'une boucle fait d'un nœud de chaise. On frappe cette boucle un peu en haut du milieu du mât de façon à ce que son pied s'incline vers le bas lors de son hissage. Si ce point d'attache est sous les barres de flèches, la boucle ne pourra pas glisser vers le haut, retenue par les barres. Sinon, il faudra retenir solidement la boucle avec des cordages afin d'éviter que la boucle glisse vers le haut à mesure que le mât se rapprochera de la verticale.

Avant de hisser le mât il est préférable de fixer, en plein milieu de la largeur de la tête de mât, un filin en acier de longueur supérieure à celle du mât. Son absence d'élasticité sera un plus lors du positionnement de la tête.

En hissant, on guide le pied vers son emplanture. Une fois au-dessus, on tourne les ridoirs pour ensuite descendre précisément le pied sur sa base. On tourne les ridoirs des haubans d'un même nombre de tour de part et d'autres. L'idée est d'obtenir des paires de haubans de mêmes longueurs. On frappe l'étai et le pataras avant de larguer la potence.

NB : Aucune torsion dans les haubans doit se produire lorsqu'on tourne les ridoirs. C'est pourquoi, il est nécessaire de retenir le hauban à l'aide d'une pince ou d'une clé à molette.

Le réglage du mât

Le réglage du mât a son importance autant pour son intégrité que pour les performances à la voile. Par exemple, pour un gréement en tête (étai et haubans capelés en tête de mât) au près dans la brise, la partie supérieure du mât qui fléchit sous le vent engendre un voilier plus ardent. Aussi, si le bas-hauban au vent n'est pas assez tendu le mât se cintra latéralement (le cintrage latéral et l'inclinaison de la partie supérieure du mât sont deux états différents et non désirés). On détecte ces effets en se collant l'œil sur la gorge à coulisseau ou sur la face avant du mât.

Pour un gréement 7/8 (étai et haubans capelés plus bas que le sommet du mât), le cintrage latéral peut être souhaitable. Dans certaines conditions, ce cintrage aplatit la GV et ouvre l'espace entre les voiles. Deux effets diminuant la charge sur la GV, et soulage ainsi le bateau.

Règle générale, on règle le mât (gréement en tête ou 7/8) pour qu'il soit rectiligne latéralement et demeure rectiligne au près dans un vent d'une douzaine de nœuds.

On commence par le réglage latéral à quai et on le finalise en marche. Et on termine par le réglage avant arrière.

1) Réglage latéral

Préalables : Étai et pataras tout juste tendu. Pied de mât en plein centre de la largeur du voilier (en principe c'est le cas lorsqu'il est déposé dans son emplanture, sinon on le cale).

a) On doit placer la tête du mât en plein centre de la largeur du voilier. On tend le filin en acier, fixé préalablement en tête de mât, pour l'apporter sur le rail de fargue vis-à-vis le pied de mât. On le déplace sur l'autre bord. La longueur doit être la même. Sinon, la tête n'est pas au centre et il faut tendre et détendre les galhaubans (ce qu'on donne à l'un, on le reprend sur l'autre). On applique la même médecine au niveau des bas-haubans.

b) On raidit du même nombre de tour les 4 haubans.

c) On tend étai et pataras. En mer, on prend l'allure de près dans un vent de plus ou moins douze nœuds, de façon à ce qu'à pleine voile on obtienne entre 15 à 20° de gîte. On prend tout juste le mou dans le galhauban sous le vent (en comptant le nombre de tour). On applique le même traitement sur l'autre amure.

NB : On vise 15° de gîte pour un voilier raide à la toile (pas trop gîtard) ou 20° pour un gîtard).

d) Les bas-haubans doivent faire en sorte que le mât reste rectiligne. Alors, même technique qu'avec les galhaubans (15 à 20° de gîte, au près, sous pleine voile), on prend tout juste le mou sur le bas-hauban sous le vent et même chose sur l'autre amure. On contrôle la rectitude du mât en se collant l'œil sur une gorge du mât. En principe, au quai, les bas-haubans sont légèrement moins tendus que les galhaubans.

Si le mât est gréé de deux paires de bas-haubans, les avants sont en principe un peu plus tendu que les arrières. Au repos (à quai), les quatre sont relativement mous.

NB : Les barres de flèches doivent être horizontales ou pointer légèrement vers le haut. L'angle que fait le galhauban poussé par la barre de flèche doit être le même que son opposé (tribord-bâbord).

2) Réglage avant-arrière

Le réglage de la paire étai-pataras influence l'inclinaison du mât. Celle-ci dépend du voilier et a une influence sur la barre. L'inclinaison est réglée de façon à ce qu'au près, dans une quinzaine de nœuds, le voilier soit légèrement ardent. Règle générale, la plupart des voiliers ont une tête de mât à l'arrière de la verticale de 6 à 18 pouces (on peut mesurer cet écart à l'aide d'un plomb de sonde qu'on hisse en tête de mât avec la drisse de GV). C'est donc sous voile que l'ajustement se fera. On l'ajustera pour un juste compromis, à la barre, entre le vent léger et fort.

Ne pas confondre inclinaison et cintrage. Plusieurs pataras sont ajustables et ajustés selon l'allure et la force du vent. En conjonction avec un bas étai, on obtient le cintrage du mât. Le cintrage aplatit la GV et soulage la barre en rendant le voilier moins ardent.

NB : Si le voilier est toujours très ardent, il se peut que le pied de mât soit trop sur l'arrière. Il s'agit de l'avancer de un ou deux pouces dans son emplanture. On procède au réglage du mât par la suite.

L'étai est souvent très tendu afin de conserver un voile avant plate dans la brise.

INFOLETTRE

Actualités, promotions, capsules techniques... Abonnez-vous!

MÉDIAS SOCIAUX

icône  icône  icône  icône  icône

RÉSERVATIONS

Réservez votre place dès maintenant !

RÉSERVER

NOUS JOINDRE

1-888-674-9309
info@voilemercator.com

Carte des lieux d'embarquement

Scroll to top